4’33



RÉINTERPRÉTATION LIBRE DE JOHN CAGE